Les ongulés : Mieux comprendre pour mieux protéger

Les populations de caribous sont actuellement confrontées à un déclin important partout au Québec, attribuable en partie à des altérations de leurs habitats et aux pressions générées par les activités humaines et naturelles, tels que les feux de forêt en 2023.

Les plus récents inventaires du gouvernement des différentes populations de caribous forestiers montrent que la majorité sont dans un « état précaire », l’espèce étant désignée comme vulnérable par le Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP; le ministère), avec certaines populations au bord de l’extinction.

En 2023, on estimait qu’entre 6 162 et 7 445 caribous forestiers étaient répartis au Québec. L’aire de répartition est une bande continue de forêts boréales d’environ 500 km située entre le 49e et le 55e parallèle de latitude nord, où les activités de Winsome se retrouvent, ainsi que des populations à Val-d’Or et en Charlevoix, précise le site du ministère consacré à cette espèce.

La chasse du caribou (Atikh en langue crie) est une pratique traditionnelle très importante pour les communautés Cries et Innus. Certains membres de la Nation Crie s’inquiètent du déclin de l’espèce, particulièrement pour des raisons de maintien de leurs activités traditionnelles.

La préservation des caribous et des écosystèmes essentiels à leur survie est donc une priorité majeure pour les gouvernements, les communautés locales, et pour Winsome.

Dans le but de minimiser ses impacts sur la grande faune, l’équipe Winsome a entrepris en février 2024 un premier inventaire héliporté visant à documenter sa présence sur le territoire incluant une zone qui n’avait jamais été inventoriée. Cet inventaire permettra d’améliorer les connaissances sur la distribution de la grande faune à travers ce paysage et d’identifier des zones et des saisons d’utilisation. Ainsi, Winsome pourra adapter ses activités aux endroits et moments cruciaux pour la grande faune, et ce dès la phase de planification de son projet, soit à l’étape des études techniques.

Un travail d’équipe

Conscients que nos activités s’insèrent dans un milieu où plusieurs parties prenantes ont un vif intérêt pour la grande faune incluant le caribou et l’orignal, nous avons travaillé avec la Direction de la gestion de la faune du Nord-du-Québec et certains membres de la Nation Crie pour nous assurer que les besoins de toutes et tous soient incorporés dans nos démarches. Après la tenue de rencontres avec les différents intervenants l’obtention de permis, il a été établi que l’étendu de l’inventaire passerait de 1 600 km2 à 3 000 km2. Toutes les données recueillies seront partagées avec le ministère. Winsome fera aussi une demande pour des données historiques existantes pour avoir un portrait le plus complet possible de la grande faune dans la région.

Il est important pour Winsome que cet inventaire s’insère au tout début du cycle minier, soit à l’étape d’exploration. Ceci permet à Winsome de planifier des mesures d’atténuation de façon proactive et de les intégrer dans ses études techniques. Ainsi, ces mesures font partie intégrale du développement de ses activités.

À la suite de cet inventaire des ongulés (caribou forestier et orignal), d’autres études sur divers groupes d’animaux suivront pour fournir une vue d’ensemble du territoire sur lequel Winsome exerce ses activités.

Pour notre équipe, il est crucial d’instaurer des mesures de protection basées sur le savoir traditionnel et la science pour assurer un équilibre soutenable entre les activités humaines et la conservation de la biodiversité. Suivez-nous pour des mises à jour sur ces études.